ANCALAGON

Ancalagon (d'après Ancalagon le Noir, dragon du monde légendaire des écrits de Tolkien, Conway Morris, 1977) est un genre éteint de ver priapulide du milieu du Cambrien, daté d'environ -505 millions d'années. Il a été découvert dans les celèbres schistes de Burgess, en Colombie-Britannique (Canada). Il s'agit d'un organisme rare  : moins de 20 spécimens ont été mis au jour.

Avec d'autres vers cambriens comme Ottoia, il pourrait appartenir à un clade nommé Archaeopriapulida, lequel serait un stem-group (ou groupe-souche) des priapulides. Cependant, la ressemblance morphologique de ces organiqmes avec leurs cousins modernes et remarquable, et c'est d'autant plus le cas pour ceux des schistes de Burgess. Ainsi, les analyses phylogénétiques ne fournissent pas une très bonne résolution des relations de parenté entre ces vers.

En 1911, Walcott a décrit plusieurs spécimens de cet organsime qu'il pensait appartenir au genre Ottoia. et qu'il a regoupé dans l'espèce Ottoia minor. Cependant, Conway Morris a déplacé l'espèce dans le genre Ancalagon en 1977 et l'a décrite comme un priapulide primitif. Le nom générique, Ancalagon, est un hommage au dragon Ancalagon le Noir, imaginé par J.R.R. Tolkien dans Le Seigneur des Anneaux (1954) et Le Silmarillion (1977), en référence aux nombreuses rangées de crochets observées sur le proboscis du priapulide.

Reconstitution d'Ancalagon, ver priapulide du Cambrien (cliquez pour agrandir)

A première vue, il ressemble aux acanthocéphalides ou "vers à tête épineuse", qui sont des parasites intestinaux actuels. Il a ainsi longtemps été considéré comme étant très proche de l'ancêtre hypothétique à vie libre (c'est-à-dire non parasitaire) des acanthocéphalides.

Le corps tubulaire d'Ancalagon, pouvant atteindre 6 à 11 cm de long, comprend un tronc annelé, couvert de fines soies au rôle probablement sensoriel et constitué de fins anneaux espacés de 0,2 à 0,25 mm, et une pièce buccale antérieure éversible appelée proboscis. Celui-ci est muni de  forts crochets dans la partie antérieure et de crochets plus petits et orientés vers l'arrière dans la partie postérieure. Les crochets antérieurs indiquent un régime alimentaire carnivore

Ce corps tubulaire suggère un mode de vie mobile et endobenthique : Ancalagon était sans doute un animal fouisseur qui se servait des crochets de son proboscis pour se propulser dans la boue.

Empreinte fossile du corps d'un Ancalagon (cliquez pour agrandir)

Classification phylogénétique :

Empire : Eukaryota

Règne : Animalia

Embranchement : Priapulida

Clade : Archaeopriapulida

Famille : Ancalagonidae (Conway Morris, 1977)

Genre : Ancalagon (Conway Morris, 1977)

Espèce-type : Ancalagon minor (Walcott, 1911)

Taille d'Ancalagon comparée à celle d'un homme de 1,80 m (cliquez pour agrandir)

Sources :

  • Wikipédia, burgess-shale.rom.on.ca

  • Conway Morris, S. 1977. Fossil priapulid worms. Special papers in Palaeontology20

  • Wills, M. A. 1998. Cambrian and Recent Disparity: the Picture from PriapulidsPaleobiology. 24 (2) : 155–286

  • Erwin, E.H & Valentine, J.W. 2013. The Cambrian Explosion: The Construction of Animal Biodiversity. Roberts & Company Publishers, p.184